Malgré la crise sanitaire, les Français ont toujours autant envie d’investir dans l’immobilier. Ainsi, selon un récent sondage, 41 % des personnes interrogées souhaitent réaliser un investissement immobilier en 2021. Parmi les différents dispositifs d’investissement locatif, « Louer abordable » présente des avantages non négligeables. Présentation.

Les conditions du dispositif

Créé en 2017, le dispositif de défiscalisation immobilière Louer abordable permet aux propriétaires de logements qui les donnent en location dans le cadre d’une convention signée, entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2022, avec l’Agence nationale de l’habitat (Anah) de bénéficier d’une déduction spécifique sur les revenus fonciers qu’ils dégagent. Précisons que le dispositif s’applique aux logements neufs ou anciens, loués nus et affectés à l’habitation principale du locataire. Un logement qui doit être loué pendant toute la durée de la convention. À noter que ce dispositif peut bénéficier aux propriétaires d’immeubles, personnes physiques ou associés de sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés. Attention toutefois, il n’est pas possible de conclure un bail avec un membre du foyer fiscal, un ascendant ou un descendant du propriétaire ou une personne occupant déjà le logement.

Les avantages fiscaux attachés au dispositif

Lorsque le logement est loué dans le cadre de ce dispositif, le propriétaire peut déduire une partie des revenus fonciers générés. Pour bénéficier de cet avantage fiscal, il doit notamment s’engager à ne pas dépasser un certain montant de loyer et à louer son bien à des ménages respectant certains critères de ressources. Par exemple, dans le secteur social ou très social, le taux de la déduction atteint 70 % lorsque le logement se trouve en zone A bis, A ou B1. Ces zones correspondant à Paris, à l’Île-de-France et aux métropoles régionales de plus de 250 000 habitants. Un taux qui peut monter jusqu’à 85 % en cas d’intermédiation locative (mandat de gestion par une agence immobilière sociale, par exemple). À noter que cette déduction est calculée sur le revenu brut tiré de la location et que s’y ajoutent les frais et charges déductibles.

Renforcement des avantages
Grâce à la loi « Élan » de novembre 2018, le plafond de déficit, résultant de dépenses autres que les intérêts d’emprunt, imputable sur le revenu global est porté à 15 300 € (au lieu de 10 700 €) pour l’ensemble du dispositif. Un bon moyen de créer davantage de déficit foncier afin de diminuer votre assiette taxable.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2021